Éric Fréget

Auteur-compositeur-interprète

Les chansons 2015

  • Apocalypse
    Ecrit Apocalypse à la téléÇa va être la fin, mais il n’faut pas trop croireTout c‘qu’ils disent aux infosC’est pas…
  • Voilà
    Je ne me rappelle plus l'utilité d'être seul L'idée géniale derrière ce concept lumineux La genèse de ce repli stratégique…
  • Desserre les fers
    J’imagine des contrées immensesOù tout est osmose et beautéUn univers où le silence est un trait d’union toujours parfait Mais…
  • Sur que demain
    Aujourd’hui, perdu dans les brumes mystérieuses de nos désirsles nuages sont du voyage et nous nous sommes dessousMais demain est…
  • Eradiquer mon coeur
    Si je ne t'écris pasCe n'est pas parce que je ne pense pas à toiLoin de làSi je ne t'appelle…
  • Si tu attends d'être parfait
    Tu peux être meilleur et meilleur et encore meilleurContinuer à vivre dans l ‘ailleurs d’un parfait qui n’existe pasTu peux…
  • Le miroir
    Le miroir est sale et taché, les reflets troubles ou embuésPersonne ne s'y voit plus dedans Et pourtant il reste…
  • Certains moments Sont les derniers
    Certains moments Sont les derniers Lovés dans la douce mélodie Des jours Comme des grandes plages Au sable miné Entre…
  • Je vais faucher les herbes folles
    Dans mon jardin y a un chemin Que trop d’herbes folles isolentPerdu entre deux nains qui rigolentComme une portée de…
  • Je fais le plein
    Ce type à la station Debout ou allongée Je vous rassure Ce n'est que moi Ce type aux yeux mal…

2015 - Si tu attends d'être parfait (10)

Ecrit Apocalypse à la télé
Ça va être la fin, mais il n’faut pas trop croire
Tout c‘qu’ils disent aux infos
C’est pas bien rangé
dans mon cerveau
Parait qu'il faut rester calme
se protéger de l’air
Les fourmis en combis ont déserté la faille
Autours de la centrale
nucléaire
Quand tout l’monde est parti
Moi je me suis caché
Jamais trop bougé d’ici
de mon fauteuil en osier
Les oiseaux se sont tus,
ça devait arriver
Refrain :
Apocalypse x3 Oh oh oh…
Tant attendu, le film catastrophe est commencé
Les places toutes prises, il n’y aura qu’une séance
en matinée
Les gens courent tous sans savoir où aller
Si leur vie n’avait pas de sens,
leur mort n’en aura pas non plus
Refrain
Si ce moment arrivait, dernier jour sur terre annoncé
Résignation, frustration, excitation, qui sait ?
A quoi n’avons-nous pas rêvé assez fort ?
C’est étonnant que je ne sois pas déjà mort
Dieu préfère les simples aux forts
Si c’est un cauchemar, je vais me réveiller
Cette fois-ci, c’est la fin, oui c’est la fin de tout
La réalité rejoint mes peurs et c’est fou
Comme tout est si silencieux…
Est-ce enfin ça ?
La paix ?
Je ne me rappelle plus l'utilité d'être seul
L'idée géniale derrière ce concept lumineux
La genèse de ce repli stratégique
Le prélude à cette fugue psychique
La nostalgie des cheveux dans le vent
À L'âge où les chevaux volent hors du temps
Coeur fermé pendant les travaux d'agrandissement
Pour les princesses, repassez dans mille ans
Voilà,
je me suis retrouvé, j'en suis là
Le matin me cueille dans ces draps
Froissés par des retournements multiples
Entre ronces, orties et tulipes
Voilà, j'ai pu apprécier la froideur
De la nuit qui rampe jusqu'aux premières lueurs
Le ridicule des petits déjeuners
tartines beurrées devant la télé
Dans mon amnésie surnagent bien quelques bouts de peine
De déception voire de manipulation
Un refus soudain de rejouer les mêmes chaines
En changeant juste le nom des pions
Celle qui viendra
ne sera pas comme l'ancienne
Bon quand même, peut-être un peu
Et qui vivra verra
A ce jeu de “tu me tiens par la barbie zen”
Flexible sera t'il assez le Barbapapa ?
Voilà,
petit soldat en mal d'amour
J'ai fait le plein de yang de ces jours
A m'observer vivre sans toi
Que me reste t'il à perdre
Pour mériter d'être à moi ?
Ceci n'est pas un manifeste politique
Un programme de machine à délaver les voix
Aucune arrière-pensée stratégique
Je voudrais juste être président de moi
mais pour ça
J'ai besoin de vous
J'ai besoin de toi
J'ai besoin de vous !
Vois la !
Vois la !
Vois la !
...
coeur3
J’imagine des contrées immenses
Où tout est osmose et beauté
Un univers où le silence
est un trait d’union toujours parfait
Mais ce pays n’est pas fait pour moi
Et mes rêves sont comme des bagages
Grâce à eux, je peux aller plus loin
Mais si je ne m’en sers pas,
ils deviennent Plus lourds qu’un temps d’orage
Il est temps que je...
Desserre les fers
Loin de ce Neverland plombé,
Je voudrais m’envoler
Prendre l’air, oublier,
De mon enfer sur terre
Je voudrais m’échapper
Et dans ce film de série B
L’autre est un monstre si familier
Le condamné que je n’ai pas voulu juger
Jamais en retard pour surprendre
La danse cruelle de nos étreintes
Que cette chrysalide se déchire
Je ne veux plus vivre dans cette plainte
Comme un vent du Nord qui expire
REFRAIN
Je vois maintenant nos contrées immenses
Elles n’ont de frontières que celles de notre imagination
Nos différences sont notre chance, nos qualités nos seuls défauts

Même s’il est temps que je reprenne mes bagages
Nous sommes ensemble comme ciel et nuages
Une dimension incalculable
Au fond de nos cœurs libérés
REFRAIN
DébutPrécédent1234SuivantFin
Page 1 sur 4

Crédit photo: Stéphanie Montésinos

Crédit photo: Stéphanie Montésinos

Crédit photo: Stéphanie Montésinos

Soliste au sein de la chorale d'Emmanuel Djob