Éric Fréget

Auteur-compositeur-interprète

L'album

Les chansons

2016 - On n'est jamais mieux trahi que par soi-même (12)

balade dans les jardins suspendus de babylone
À une heure de route et des déroutes de Bagdad
Quelque part au sud le long des rives de l’Euphrate
Bien à l’abri de l’air du temps, de grands murs…
refrain:
Balade dans les jardins suspendus
de Babylone
Balade dans les jardins suspendus
de Babylone
Un jour, l’histoire dit que dans un moment de tendresse
Un roi bâtisseur la fit construire pour une princesse
Des fruits, de l’eau, des animaux et des fleurs…
refrain:
Balade dans les jardins suspendus
de Babylone
Balade dans les jardins suspendus
de Babylone
Il y a près de 300 ans le caprice d’une enfant voit le jour
C’est un nouvel Eden
Loin des guerres et des haines
Paradis artificiels, refuges pour toujours
Une citadelle universelle rien que pour
Rien que pour elle
refrain:
Balade dans les jardins suspendus
de Babylone
Balade dans les jardins suspendus
de Babylone
Partons je t’enmenne pour une virée bucolique
Le temps s’arrête
Plus de combat
Plus de panique
Juste toi et moi
Nous seuls
En paix
Es-tu prête ?
Et si le roi c’était moi ?
Et si la princesse c’était toi ?
Il y a près de 300 ans le caprice d’une enfant voit le jour
C’est un nouvel Eden
Plus de guerres plus de haine
Paradis artificiels, refuges pour toujours
Une citadelle universelle
mais rien que pour
Rien que pour elle
Rêvons un peu
Un monde meilleur
Plus généreux, rempli de fleurs
Moins querelleur
Même juste pour toi et moi
Rêvons un peu
Rien qu’un petit lopin
Rêvons même mieux
Tout le genre humain
Dans un vaste jardin
Suspendu à l’espoir
D’un nouveau sursaut de l’Histoire
Suspendus…
Rêvons un peu
Tout le genre humain
Dans un vaste jardin
Suspendu…
Paroles: Emmanuel Gellman
Musique : Eric Fréget
Rester terré en attendant que ce monde aille mieux
sur le marché de l’horreur, je ne suis pas une erreur
j’ai peur de ne pas réussir l’insouciance
mais vivre en évitant la souffrance
c’est comme voler ses ailes à un ange
Au travers des persiennes, la lumière a tremblé
Un souffle de haine, une haleine de loup Blessé
sur ces pavés, l’innocence reste ce qui nous uni
notre sang mêlé sera notre victoire sur cette barbarie
REFRAIN:
there’s only one way out of the night
it’s the daylight and this is my only religion
Rester à terre le temps de compter les corps
mais demain une aube se lèvera sur nos morts
Il faudra redonner un sens à nos vies
savoir pourquoi nos racines sont ici
Les ronces de la haine se logent dans les fissures
avec les balles perdues et les demi-mesures
Où est cette nation qui chevauchaient les lumières ?
Où sont ces idéaux qui nous rendirent si fiers ?
Ne plus y croire, c’est leur donner, sans combattre, la victoire
Ne plus penser
c’est leur abandonner nos cerveaux
Rêver
nous fera sortir de ce cauchemar
Chanter
rendra inutiles leurs assauts
Couplet:
La musique est le symbole ailé de la démocratie
Il n’y a qu’une issue à la nuit, c’est le jour
Comptons nos frères et convainquons les sourds
Il n’y a qu’une issue à la nuit, c’est le jour
nous ne vaincrons que si notre vie est plus forte
que tous ces verrous dont ils veulent sceller nos portes
Ne plus vivre, c'est leur donner les clefs de notre histoire
Ne plus Danser
c’est leur donner le choix du tempo
Rêver
nous fera sortir de ce cauchemar
Chanter
redorera nos oripeaux
REFRAIN:
there’s only one way out of the night
it’s the daylight and this is my only religion
Stand up for the life, Rise up for the unity
This is not a matter of religion Just a matter of soul
Talk to your brother But free your sister
Free your heart No god wants to kill others
Il n’y a qu’une issue à la nuit c'est le jour !
Il n'y a qu'une issue
please disconnect the machine-gun
please disconnect the machine-gun
I’m talking to your soul
Il n’y a qu’une issue à la nuit, c’est le jour…
Je voulais t'offrir un cadeau
alors je suis allé aux Halles
le centre est en plein travaux
je trouve que des idées banales
Oui, C'est ballot
Purée tu va avoir 30 ans
je peux quand même pas t'offrir une tasse !
T'as quitté l'ère du poupon
' pas dit qu't'avais sauté une classe
Tu fais des robes, moi des chansons
c'est évident et c'est profond
comme un coffre à idées percé
comme le fond d'un lac en été
je voulais t'offrir un cadeau
un bas un haut ou un maillot ?
J'suis paniqué, rien n'est assez beau
C'est dans mon coeur que J'ai plus de cerveau
Alors... si j'arrive les mains vides
avec des ampoules en courant
J'aurai au moins cette comptine
au moins je t'aurai offert du temps
Du temps, du temps
Pas besoin de papier cadeau
Pour t'offrir ce que tu réclames tant
Et pourtant
Souvent je ne t'offre que
Du vent, du vent
Alors, Pour cet anniversaire
Je veux t'offrir de l'âme et de l'air
De l'amour et de la liberté
Toutes ces belles choses pas sur E-bay
DébutPrécédent1234SuivantFin
Page 1 sur 4

Crédit photo: Stéphanie Montésinos

Crédit photo: Stéphanie Montésinos

Crédit photo: Stéphanie Montésinos

Soliste au sein de la chorale d'Emmanuel Djob